Un automne de porcelaine… (IV)

Paris, le 10 septembre 2022

 

La suite de mon parcours se déroule au long de la rue Réaumur, en direction de la station de métro « Arts et Métiers ».

Ici, on longe la grille du Conservatoire National des Arts et Métiers.

« Le Conservatoire national des arts et métiers est situé au cœur de Paris, sur le cardo, à l’emplacement et en partie dans les bâtiments historiques de l’ancien prieuré bénédictin de Saint-Martin-des-Champs. Ce grand monastère clunisien fondé par le roi Henri Ier en 1059-1060 sur des vestiges de l’époque mérovingienne, est encore aujourd’hui en partie conservé.

Les cours à Paris ont principalement lieu au 292, rue Saint-Martin mais également dans la rue voisine au 2 rue Conté, dans l’Annexe Montgolfier, ancien bâtiment de l’École centrale des Arts et Manufactures jusqu’en 1969. »

C’était, justement, la présence de l’École centrale des Arts et Manufactures qui présentait un grand intérêt pour moi.

Encore en Roumanie, j’avais étudié les règlements des Grandes Ecoles françaises et j’avais découvert que tout élève d’une Ecole Polytechnique étrangère pouvait y entrer « sur titres » à partir de sa troisième année.

Comme j’étais, déjà, en quatrième année d’études à l’Ecole Polytechnique de Bucarest… tous les espoirs étaient permis ! Et comme, en plus, j’avais un cousin qui avait fait ses études à l’Ecole Centrale de Paris, l’idée « d’intégrer » cette Grande Ecole me souriait. En vérité, elle « souriait » plutôt à mon père ! 

Moi, j’aurais préféré poursuivre mes études à l’ENSM de Saint-Etienne (l’Ecole Nationale Supérieure des Mines), là où mon père Ionel et son frère jumeau Aurel avait accomplis les leurs. Mais, mon père craignait que deux localisations de la famille (Paris et Saint-Etienne) ne lui coûte… le double ! Continue reading

Un automne de porcelaine…(III)

Paris, le 10 septembre 2022

Le passage par le Bd. Saint-Denis, nous permettait de traverser le Bd. de Strasbourg au carrefour « Strasbourg-St. Denis ». C’était, aussi, le nom d’une station de métro fort pratique pour aborder la traversée de Paris.

Nous on revenait régulièrement à cet endroit parce que c’est ici que se trouvait, et s’y trouve encore, l’agence L 412 du « Crédit Lyonnais ». Dont l’adresse officielle est « 9, Bd. Saint-Denis ».

Nous on entrait par la porte du Bd. de Strasbourg. C’est dans cette agence que mon père a ouvert un compte, qui portait le no. 58974/C, devenu, par la suite 200933B. Je retrouve toutes ces informations grâce à ses carnets d’adresses des années ’60-’70, que j’ai gardé scrupuleusement.

On avait choisi pour ouvrir un compte bancaire, le « Crédit Lyonnais » parce que… c’était le seul nom de banque à résonnance connue pour nos oreilles !

Moi, je n’étais pas titulaire du compte, puisque j’étais encore mineur.

En vérité, je suis devenu « majeur » deux fois dans ma vie :

  • une première fois en Roumanie, à l’âge de 18 ans,
  • et une deuxième fois, en France, à l’âge de 21 ans !

Entre les deux, j’ai été « déclassé » pendant 3 mois ! Continue reading

Un automne de porcelaine… (II)

Paris, le 10 septembre 2022

A quelques pas des Folies Bergère, j’ai reconnu l’angle de la rue Bergère avec la rue de Trévise.

Si nous avons fréquenté cette rue pendant un bon moment, à notre arrivée à Paris, c’est parce qu’ici se trouvait une cantine à bas prix financée par un organisme de secours aux démunis.

Selon le « Dictionnaire des rues de Paris », cette rue « ouverte en 1836 entre les rues Richier et Bleue, a été prolongée… en 1844, jusqu’à la rue Bergère.

Elle doit son nom au Maréchal Mortier, duc de Trévise (1768 – 1835), tué l’année d’avant son ouverture dans l’attentat de Fieschi contre le roi Louis-Philippe. »

Tout ça ne colle pas du tout avec mes souvenirs.  Et pour cause !

Dans mon désir de faire rattacher mon actualité du moment à mes lectures de jeunesse, j’ai confondu « Trévise » et « Tréville » !

Dans mes souvenirs, D’Artagnan, le héros du roman d’Alexandre Dumas « Les trois mousquetaires », arrivait à Paris avec une lettre de recommandation pour M. de Trévise. Continue reading

Un automne de porcelaine… (I)

Paris, le 10 septembre 2022                                           

Il y’a 55 ans à peine,
Il y’a 55 ans déjà
Ma mémoire est incertaine
Mais mon cœur lui n’oublie pas !
I have never forgotten…

Mort Shuman – Un été de porcelaine (1977)

 

« Ma mémoire est incertaine… »

Je me demande si c‘est vrai ?

Voici 55 ans, jour pour jour, depuis que je suis arrivé à Paris.

Certains disent en Argentine « La memoria es un espejo deformante ! ». J’aimerais savoir si c’est vrai !

C’est pour ça que « j’ai fait le chemin à l’envers » ! 

Même si Dave chante :

« On oublie, hier est loin, si loin d’aujourd’hui
Mais il m’arrive souvent de rêver encore
A l’adolescent que je ne suis plus

On sourit en revoyant sur les photos jaunies
L’air un peu trop sûr de soi que l’on prend à 20 ans
Et que l’on fait de son mieux pour paraître plus vieux 

Je ne voudrais pas refaire le chemin à l’envers
Et pourtant je paierais cher pour revivre un seul instant
Le temps du bonheur… »

de mes 20 ans ! 

Comment j’en suis arrivé là ? Commençons par le début !  Continue reading

Incontri con Florio (I)

Questo testo è stato pubblicato sulla rivista «Siamo di nuovo insieme» no. 113-114 del luglio-settembre 2022, edita a Bucarest dall’Associazione degli Italiani in Romania.

Il mio primo incontro con la famiglia Florio è avvenuto casualmente, nell’anno 2015. Allora, in vacanza a Palermo, ho cenato al ristorante “Donna Franca Florio”. Il ristorante si trova nell’hotel “Villa Igiea”, uno degli stabilimenti più prestigiosi della Sicilia.

Ho avuto la curiosità di domandare al “maître d’hôtel” chi fosse questo personaggio della cui esistenza non avevo mai sentito. Con estrema amabilità, l’uomo mi ha portato una presentazione del locale in cui mi trovavo, come anche della storia dell’hotel, legato all’incredibile avventura di un quadro in vendita a un’asta internazionale di grande prestigio. Così ho scoperto la vera e propria “saga” di una famiglia eccezionale, soprannominata dei “Regnanti senza corona”.  Continue reading

Intâlniri cu Florio (I)

Acest text a fost publicat în revista « Siamo di nuovo insieme » no. 113-114 datat iulie-septembrie 2022, editată la București de Asociația italienilor din România.

Prima mea întâlnire cu familia Florio a avut loc, oarecum din întâmplare, în anul 2015.

Atunci, în vacanţă la Palermo, am luat cina în restaurantul « Donna Franca Florio ». Restaurantul se afla în hotelul « Villa Igiea », unul dintre stabilimentele cele mai prestigioase din Sicilia.

Am avut curiozitatea de a-l întreba pe “maître d’hôtel” cine era acest personaj despre a cărui existenţă nu auzisem niciodată. Extrem de amabil, el mi-a adus o prezentare a localului în care mă aflam, precum şi istoria hotelului, care se îmbina cu aventura de necrezut al unui tablou în curs de vânzare într-o licitaţie internaţională de mare prestigiu. Continue reading

L’affaire AZF et…mon Toulouse!

Boulogne, le 29/09/2022

Daniel Soulez Larivière vient de publier, chez Albin Michel, le livre « Anatomie d’un fiasco judiciaire – L’affaire AZF ».

Ce livre concentre en 300 pages, non seulement les erreurs répétées qui ont ponctué le déroulement de cette affaire, mais aussi les défauts structurels de la justice française.

Sans aller jusqu’au bout de l’analyse, pour désigner les coupables de cet état de fait ! Dommage !

Pour ceux qui ont vécu “L’Affaire…” en temps réel, autant que pour les autres!

TO WIN OR TOULOUSE?

 

Feuilles de journal

Toulouse, 07/07/2017 

Je suis à Toulouse après 16 années d’absence ! 

Je ne sais pas pourquoi, mais Toulouse est aussi une ville chère à mon cœur.

Et pourtant, ce n’est pas un endroit facile : trop « continental », très chaud en été, trop humide en hiver, loin des montagnes, comme de la mer, ce sont aujourd’hui des handicaps insurmontables.

Mais, l’unité architecturale, la couleur dominante, le rose des briques, l’élégance des monuments, la Garonne qui la traverse, les coupoles qui se reflètent dans l’eau, les ponts de pierre éclairés par des lampadaires style XIXè siècle, m’ont toujours fait penser à Rome. Ce qui, pour moi est la référence absolue !

Même si une certaine « faune », concentrée d’antan près de la gare, s’est éparpillée maintenant un peu partout dans la ville. 

Mon histoire personnelle avec Toulouse a démarrée en 1971.  Continue reading

Il mio primo giorno a Roma… (III)

Rome, 07/06/2022

 

Au long de la Via delle Quattro Fontane, j’ai traversé un de mes endroits préférés de Rome : justement « les Quattro Fontane » !

Elles avoisinent avec léglise Saint-Charles-aux-Quatre-Fontaines.

« San Carlo alle Quattro Fontane est une église de Rome, située dans le rione (quartier) Monti. Construite dans le style baroque par Francesco Borromini l’ordre espagnol des Trinitaires Déchaux, c’est la première réalisation indépendante de l’architecte.

L’église San Carlo alle Quattro Fontane est dédiée à Charles Borromée, mais du fait de ses petites dimensions, les Italiens l’appellent le plus souvent San Carlino. Elle doit son nom au carrefour sur lequel elle se trouve et dont les quatre angles sont décorés d’une fontaine représentant le Tibre et l’Arno d’une part, Diane et Junon d’autre part, l’une d’elles est intégrée dans la façade de l’église. »

Si l’affirmation que « cette réalisation de Borromini est considérée comme étant un des chefs-d’œuvre de l’architecture baroque » est tout-à-fait exacte, elle cache aussi un drame. Et non des moindres ! Continue reading

Il mio primo giorno a Roma… (II)

Rome, 07/06/2022

Le prochain objectif sur ma liste est « Le Grand Hôtel », toujours dans la Via Orlando.

En réalité, ceci est le nom « historique » de l’hôtel devenu aujourd’hui « Hôtel The StRegis Rome » qui  fait partie du groupe Marriott. Mais, comme les propriétaires des grands hôtels, partout dans le monde, changent… comme moi je change de chemise, pour moi il restera toujours,  « Le Grand Hôtel » !

Par exemple, il semblerait que mon cher « Athénée Palace » de Bucarest, qui fait partie, depuis sa dernière restauration, du groupe « Hilton », deviendra « Intercontinental » à la fin de cette année.

Grand bien leur fasse ! Pour moi, il sera toujours « Athénée Palace », comme en 1914 à son ouverture !

Je connais « Le Grand Hôtel » de Rome… depuis un demi-siècle !

Même si je n’y ai jamais couché ! Je ne dispose pas des 1000 Euro minimum, qu’exige, pour une nuit, Booking.com ou Trip.com ! Continue reading

Il mio primo giorno a Roma… (I)

Rome, 07/06/2022 

2 ans, 4 mois et 7 jours !

Voici le laps de temps depuis mon dernier passage à Rome !

Comment pouvais-je imaginer, à la fin du mois de janvier 2020, qu’un si long « arrêt » s’écoulerait entre ces deux visites ? 

Surtout que je sortais d’une année si brillante, pendant laquelle j’avais voyagé autour du monde, parcourant 4 continents et quelques 10 pays. 

C’est vrai que je n’ai pas été le seul au monde à être surpris par la pandémie déclenchée sur un obscur marché de Chine ! Mais, le savoir ne me console pas.

Enfin, voici le moment venu de reprendre quelques bonnes habitudes de voyage. Pour un premier essai, seulement en Europe. Nous verrons par la suite ! 

Bien sûr, l’étape « Rome » était un « must ». Non seulement parce qu’en 2020 ce fût mon dernier jour de voyage avant « une si longue absence », mais aussi pour « exorciser » un événement (prémonitoire ?) arrivé ce jour-là : le vol de mon portefeuille dans le métro de Rome !

On ne peut pas rester sur une défaite, même si cette « mésaventure » s’est (plutôt !) bien terminée. Mais, « du passé faisons table rase », comme dit une bien connue chanson révolutionnaire.  Continue reading