No sport !


Republicarea acestui text marchează 20 ani de colaborare cu editorul meu din Bucureşti, Dl. Bogdan Stanciu. După cum se poate verifica în rubrica « Select month », primul text postat poartă data de 14/06/2024 și se intitula « Munții noștri aur poartă… » Am ales însă, pentru această aniversare, textul « No sport ! » pentru că este mai adaptat momentului pe care-l trăim, câteva săptămâni înaintea Jocurilor Olimpice 2024. Țin să-i mulțumesc cu această ocazie editorului meu pentru răbdarea de care dă dovadă de atâția ani, precum și pentru regularitatea de metronom a postărilor, devenite săptămânale de patru ani, în ciuda nenumăratelor vicisitudini ale vremurilor pe care le trăim. Este, și acesta, un mesaj de speranță! Continuăm!


Posted on 12/04/2008

Legenda povesteşte că Winston Churchill, faimosul om politic britanic care a imaginat şi dirijat nu numai destinul Marii Britanii, ba chiar, la un moment dat prin mijlocul secolului XX, cel al întregii lumi, a fost asaltat de întrebări de către jurnaliştii veniţi să-l intrviuveze în ziua împlinirii a 90 ani :

« Dle. Prim Ministru, în lunga Dvs. viaţă aţi traversat nenumărate momente dificile, aţi avut răspunderi copleşitoare şi aţi făcut faţă la încercări care pe alţii i-ar fi distrus. Cum puteţi explica faptul că la această vârstă înaintată sunteţi atât de în formă ?

Premierul britanic, cu nelipsita ţigară de foi în colţul gurii şi cu inegalatul umor britanic care-l caracteriza, a răspuns de manieră extrem de laconică :

« No sport ! » 

*    *    *

Ziarul « Le Figaro », datat din 30 ianuarie 2008, publică un articol intitulat : « Când sportul te face să întinereşti cu zece ani ». Autorul afirmă pe baza « multiplelor studii care demonstrează că  activitatea fizică regulată de mai multe ori pe săptămână  şi de manieră susţinută poate preveni obezitatea, bolile vasculare, osteoporoza… »

Şi  am fi tentaţi să adăugăm : cancerul, bătăturile, insomnia, hemoroizii etc, etc… Numai micozele, nu, pentru că ciupercile numite « athlet’s foot » sunt bine cunoscute de alergătorii de cursă lungă sau de jucătorii de tenis. 

Se pare că cercetătorii dela King’s College din Londra au studiat 2401 gemeni* (adevăraţi sau falşi), femei şi bărbaţi, cu vârsta medie de 48 ani, care mai întâi au răspuns unui chestionar privind nivelul de activitate fizică practicată, statutul socio-economic, tabagismul eventual…  Continue reading

Cioco, cioco ! Ciocolata !

Acest text a fost publicat în revista « Siamo di nuovo insieme » no. 127 -128, Aprilie-Iunie 2024, editată de Asociația italienilor din România (RO.AS.IT.)din București.

 

                                                 Hopa! Toată lumea iubește ciocolata!
                                                 O, daaa! Ne place ! E dulce și ne face fericiti!
                                                 Un`, doi, Un`, doi, trei patru!
                                                 Cioco – cioco! Cioco – cioco (clap, clap)
                                                 Cioco – cioco (clap, clap)

(1) SEEYA – Chocolata (Official Music Video) – YouTube

Prin anii ’70, obișnuiam să plec de la Paris cu trenul de noapte, în drum spre Italia. Când ajungeam la Torino, în dimineața următoare, prima « mișcare » era să scot din buzunar bancnota de 10 000 Lit., păstrată de la precedentul voiaj, cu care mă duceam la restaurantul gării. După ce cumpăram ziarul torinez « La Stampa », mă așezam la barul restaurantului și comandam o cafea : primul « espresso » cu adevărat italian, după câteva luni de « abstinență » !

De cele mai multe ori, cafeaua sosea însoțită de o ciocolată, pe care o savuram, citind ziarul local.

Mărturisesc că nu-mi amintesc dacă ciocolata oferită arbora marca « Venchi » ! E foarte probabil, pentru că reputata ciocolaterie torineză cu acest nume exista deja de aproape un secol !

Doar acum vreo 20 ani, în plimbare prin Torino, în căutarea unor « Locali storici d’Italia » am descoperit prăvălia « Venchi ». Continue reading

« Murales », « fresques »… l’aventure continue ! (V)

Boulogne, le 20/04/2024

 

Pour ce qui est de la présentation du quartier de La Défense, ceci ne me posait aucun problème.

Non seulement que je travaillais à cet endroit depuis près de deux décennies, mais j’avais suivi pas-à-pas l’évolution architecturale, logistique, sociologique, culturelle, gastronomique… que sais-je ?, du quartier, mais, qui plus est, j’avais mis au point un « trajet touristique » que j’infligeais, de grès ou de force, à mes clients préférés, qui venaient me voir à La Défense ! 

Pourquoi ça ? Simple !

Il est de « bon ton », pour les touristes qui viennent à Paris d’ignorer… tout ce qui est moderne. L’architecture de la ville s’arrête… à Haussmann !

Alors que La Défense cache des perles d’architecture, d’art et touristiques modernes… le reflet d’une évolution qui s’étire sur (bientôt !) un siècle ! 

Pour ma présentation, j’étais aidé, jusqu’à une dizaine d’années, par une exposition cachée dans les entrailles de La Défense, qui rassemblait les plans, les maquettes, les projets (réalisés ou avortés !) depuis… les années 1930 !

Passionnant ! A la condition d’avoir un « mentor » qui puisse vous raconter les anecdotes (dites et non – dites !) qui rendaient la vue des « objets inanimés » … pleines d’âme !

Comme disait un certain Alphonse de Lamartine :

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme » est le début d’un vers célèbre du poète français Alphonse de LamartineIl exprime le sentiment d’attachement que l’on peut éprouver pour des choses sans vie, qui ont été témoins de notre vie ou de notre amourC’est une question rhétorique qui suggère que les objets peuvent avoir une âme qui s’attache à la nôtre et nous force à les aimer. »

Moi, je suis encore attaché… à mes souvenirs de La Défense, et j’y retourne de temps en temps, même si par moments

 « Je ne reconnais plus,
Ni les murs, ni les rues

qui ont vu ma jeunesse… »

comme chante… qui déjà ? 

A l’époque, le tour organisé pour mes clients s’achevait, sans changement, par un déjeuner sur le Toit de l’Arche, dans un restaurant qui, sans être « gastronomique », était de bonne qualité. Et, à la fin, je leur présentais Paris d’en haut de l’Arche, en leur disant, d’un ton grandiloquent :

« Messieurs ! Tout Paris est à vos pieds ! »

Je vous jure que, plus d’une fois, ils avaient la larme à l’œil ! 

Quant à mes patrons, ils appréciaient surtout… la note de frais très réduite ! Continue reading

« Murales », « fresques »… l’aventure continue ! (IV)

Boulogne, le 20/04/2024

 

Cette lettre mérite quelques clarifications !

Tout d’abord : « Pendant l’entracte vous m’avez beaucoup impressionné avec votre connaissance sur l’architecture de l’Opéra. »

Je dois préciser que la vie, les goûts, les initiatives culturelles du roi Gustav III m’ont passionné depuis les années ’70, au moment de ma première visite en Suède. 

Il faut dire que non seulement sa personnalité, par ses goûts et son éducation, est très proche de la culture française, mais aussi que la Suède, qui n’a pas souffert des destructions violentes de la Révolution française, garde encore aujourd’hui des témoignages vivants de cette époque.

Ainsi, j’ai eu l’occasion d’écrire des textes en rapport avec cette époque brillante de l’histoire suédoise.

Mon texte le plus proche de « l’architecture de l’Opéra » de Stockholm a été publié en 2006 et l’on peut le retrouver sur mon site à l’adresse :

Mona Lisa din Stockholm | ADRIAN ROZEI (adrian-rozei.net) en roumain et sans illustrations !

« Nobody is perfect ! » Comme chante Renaud « …il faut aimer la vie
L’aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui
Les rires des enfants
Et les Mistral Gagnants
 »… tout comme les illustrations des textes d’il y a 20 ans !

Néanmoins, pour faciliter l’accès au texte mentionné à ceux qui ne maîtrisent pas (encore !) la langue roumaine, j’ai décidé de… faire un effort !

J’ai fait traduire par l’IA en français l’extrait du texte qui concerne le sujet d’aujourd’hui. Continue reading

« Murales », « fresques »… l’aventure continue ! (III)

Boulogne, le 20/04/2024

 

Mais, en arrivant à la Gare de l’Est, un autre souvenir a ressurgi de ma mémoire.

Après notre départ de Roumanie, mon père avait gardé le contact avec ses anciens collègues de travail. Il les informait par écrit de ses activités et eux le tenait au courant de la vie de son ancien département et de ses membres.

Un jour, nous avons reçu une lettre d’une dessinatrice technique, ancienne adjointe de mon père, qui nous annonçait son prochain passage à Paris, en route… vers le Maroc ! Elle nous priait de l’aider pour le changement de gare à Paris. Bien sûr que nous avons accepté et au jour et à l’heure indiqué dans la lettre, j’étais présent sur le quai de la Gare de l’Est.

Je ne me souviens pas comment j’ai fait pour reconnaître Gabriela !

Je ne l’avais jamais vue ! Très probablement, elle nous avait envoyé une photo. Continue reading

« Murales », « fresques »… l’aventure continue ! (II)

Boulogne, le 20/04/2024

 

Parti en si bon chemin, je n’allais pas abandonner mes recherches « Street-Art » !

Il faut dire que, il y a déjà un bon moment, j’ai acheté le « livre de chevet » de l’amateur de « Street-Art » à Paris :  « Guide du STREET ART à Paris ».

Dans ce livre, et je possède la « Nouvelle édition » de 2022, sont listés « 8 itinéraires + cartes » que l’on peut suivre en flânant dans la Ville-lumière.

Dès la page 11, les auteurs du livre nous avertissent :

« …il est possible qu’au moment de votre visite peu d’œuvres soient visibles. L’art urbain est un art éphémère en renouvellement constant, et beaucoup des créations photographiées dans ces pages auront immanquablement disparu – effacées ou remplacées par d’autres. N’hésitez pas à refaire les parcours plusieurs fois, à des saisons différentes – les artistes préfèrent peindre et coller au printemps et en été. »

Me voilà donc devant un dilemme kafkaïen :

-dois-je courir vite, vite… pour ne pas rater un seul des « chef-d’ œuvres » listés,

-ou dois-je en profiter « à la longue », tout en sachant que leur durée de vie est limitée et que leur nombre n’est pas extensible ?

Le livre de Thom Thom & Chrixcel nous suggère la réponse : « Enfin, et c’est une promesse, si vous ouvrez l’œil, il y aura toujours quelque chose à voir ! »

J’attends, quelques fois, l’occasion pour courir dans un quartier un peu « hors de mes chemins habituels », d’autres fois, je m’organise ce que j’appelle (et cela depuis 70 ans, à Bucarest, dans la ville de mon enfance) « une promenade d’architecture », qui intègre aussi des étapes « Street-Art ».   Continue reading

« Murales », « fresques »… l’aventure continue ! (I)

Boulogne, le 20/04/2024

 

En juin 2021, j’écrivais dans un texte posté sur mon site :

« Murales », « fresques » sau « trompe-l’œil ? – Reluare | ADRIAN ROZEI (adrian-rozei.net) qui a été publié, en roumain, dans la revue suisse « Căminul românesc ».

On peut lire sa version française, en traduction « Google translate » à cette adresse :

« Murales », « fresques » sau « trompe-l’œil ? – Reluare | ADRIAN ROZEI (adrian–rozei-net.translate.goog)

 

« Encore plus !

A Boulogne-Billancourt, la mairie a récemment lancé un concours ouvert à tous les artistes, professionnels ou amateurs, afin de recouvrir d’une fresque la face “aveugle” d’un immeuble du centre-ville.

« Peintures murales », « fresques » ou « trompe-l’œil » ? elles deviennent un véritable “art populaire”… comme en Amérique Latine ! » Continue reading

Întâlniri cu Lenci

Acest text a fost publicat în revista « Siamo di nuovo insieme » no. 125 – 126, datat ianuarie – martie 2024, editată de Asociația Italienilor din România (RO. AS. IT) la București.

Sunt mai bine de zece ani de când primesc cu regularitate revista « Antiquariato », editată în Italia, care prezintă, lună de lună, lumea artistică mondială în forma ei expozițională.

In toată această perioadă, dar mai ales în ultimii ani, am remarcat anunțurile unei prăvălii de artă din Rosignano Marittimo (LI). Ele prezentau deseori personaje din ceramică, de obicei tinere îmbrăcate cu straie multicolore, în stilul perioadei « Art Déco », cu dimensiuni în jur de 30 cm. înălțime. Am fost intrigat de alura acestor personaje, care nu aveau nimic în comun cu genul ceramicilor germane (Meissen, Alt Wien…) sau franceze (Sèvres, Limoges) !

De cele mai mule ori, fetele expuse de anticarul italian aveau o ținută mândră sau visătoare, orgolioasă sau modestă… complet diferită de cea a personajelor tradiționale ale stilului. Am căutat să aflu cine erau creatorii acestui gen, puțin practicat în afara Italiei. Continue reading