La finta giardiniera … (VIII)

ou “Die Gärtnerin aus Liebe »

La Bastide Vieille, le 22/04/2021

Pendant tout ce temps, où j’étais si occupé par « les nouveaux développements », la végétation déjà en place depuis longtemps, faisait son boulot et n’arrêtait pas de  « croître et embellir » !

Le cerisier en fleurs, l’amandier-pêcher tout autant, l’abricotier de même, le prunus couvert de fleurs, l’arbre de Judée devenu tout rouge, le vieux  cognassier avec  ses fleurs blanches et roses, les lilas toujours parfumés…

« En même temps ! », comme dit notre Président, les cyclamens toutes rouges, les iris tout violet, les forsythias tout jaunes, la glycine blanche…etc., etc.

Même la « viorne tin », à qui je n’ai jamais prêté beaucoup d’attention, au printemps, est couverte de grappes de fleurs blanches.

 « Viburnum tinus L., aussi appelée laurier-tin ou laurentin, est un arbrisseau des régions méditerranéennes de la famille des Adoxacées. Il appartient au genre Viburnum, autrefois classé dans la famille des Caprifoliacées selon la classification classique de Cronquist (1981).

Il s’agit d’un arbuste (rarement un petit arbre) pouvant atteindre 2–7 m de hauteur et 3 m de large, avec une couronne arrondie dense. Le fruit, d’un bleu-noir foncé, est une drupe de 5–7 mm de long.

Les feuilles sont persistantes (persistant 2-3 ans), ovales à elliptiques, portées en paires opposées, de 4-10 cm de long et de 2-4 cm de large, avec une marge entière. Les feuilles ont des domaties où des insectes prédateurs et acariens microbicides peuvent être logés.

Les fleurs sont petites, blanches ou légèrement rosées. Elles sont regroupées en corymbes resserrés en forme d’ombelles, produites à partir de bourgeons rose-rouge, denses cymes de 5–10 cm de diamètre en hiver. La floraison intervient tôt, en fin d’hiver et au début du printemps. Les fleurs parfumées sont bisexuées et pentamères. La pollinisation est effectuée par les insectes.

Les fruits charnus, globuleux, de 5–7 mm de diamètre, sont luisants, de couleur noir bleuâtre à maturité, vers mai-juin. Ce sont des drupes, dont le noyau contient une seule graine. »

Enchanté de l’apprendre !

Continue reading

La finta giardiniera … (VII)

ou “Die Gärtnerin aus Liebe » *

La Bastide Vieille, le 22/04/2021

Plus de 3 mois sont passés depuis le jour où j’ai écrit ce long reportage, qui raconte mes (nos) expériences dans le monde du jardinage. C’était l’hiver et maintenant, c’est le printemps !

Autrement dit, la saison où se préparent les « victoires et défaites » d’une nouvelle année.

Cela suppose beaucoup de réflexion, des choix qui engagent à long terme et des heures et des heures passées dans le jardin.

Ça tombe bien ! Les restrictions sanitaires « se suivent et ne se ressemblent pas » : tantôt on peut sortir, plus tard il faut rester à la maison, on a des bouffées d’espoir, alternées avec des moments de cafard…

Mais, la nature est un point d’appui de confiance !*

Continue reading

Tropa, tropa, tropa, trop’… (II)

La Bastide Vieille, 4/04/2021

                                                         …când la trap, când la galop !

Urmare…

Numele de „ARPON II”, pe care l-am dat „căluţului” meu de piatră, are o istorie… lungă!Despre „ARPON II”, am avut ocazia să vorbesc într-un text recent: 

«Depuis deux mois, un cheval cabré, toujours en pierre, semble danser au rythme de la musique des « putti musiciens ». Il s’appelle « ARPON II », en souvenir d’ARPON, le trotteur dont l’écurie se trouve juste en face.

ARPON, qui a vécu près de 34 ans, a été le cheval qui a permis, dans les années ’70, à toute la famille de mon épouse de faire ses classes d’équitation… et le bonheur des grands et petits !  Son histoire vaut la peine d’être racontée… à la première occasion ! »**  

Mulţumită « descendentului » său, ARPON II, ocazia se prezintă… acum. 

ARPON, în realitate « Harpon II », era născut pe 5 aprilie 1951, după cum a fost declarat la « Société d’Encouragement de l’élevage du Cheval français ».

După ce a făcut o carieră de « trotteur », câştigând chiar 7 curse de « trot attelé » în ddoi ani, HARPON II a fost « reformat ». Atunci l-a achiziţionat soacra mea, care era o pasionată de călărie. 

Continue reading

Tropa, tropa, tropa, trop’… (I)

La Bastide Vieille, 4/04/2021

 

                                                         …când la trap, când la galop !

Acum câteva săptămâni, când am văzut pe un raft, în prăvălia unui « giorsar » din Béziers, un căluţ de piatră, m-am întrebat : « Să-l iau sau să nu-l iau ? »

Un « giorsar », după cum spunea tatăl meu, este un vânzător de « gioarse » ! Cu alte cuvinte, vechituri de tot felul. 

« Giorsarul » meu are o astfel de prăvălie. Pe câteva sute de metri pătraţi, el propune, tot atât de bine, mobile vechi, haine « second hand », bucătării de ocazie, tablouri pictate sau scanate, discuri CD, sticle de vin din regiune etc., etc.

Trec, în mod regulat, pe la prăvălia lui. Mai ales, pentru a verifica apariţia unor discuri CD de ocazie de toate felurile : clasic, folk, pop, regionale etc. 

Avantajul acestor discuri este că, preţul de vânzare la aceste « ocazii » fiind ridicol de scăzut -1 sau 1,5 Euro !- îmi pot permite  să cumpăr orice fel de muzică, despre care am auzit vorbindu-se, dar n-am ascultat-o niciodată !

De mulţi ani, consider că nu merită să arunc pe geam 20 sau 25 Euro pentru un disc pe care-l voi asculta, de cele mai multe ori… o singură dată. Ba chiar nici măcar în întregime ! De cele mai multe ori, constat că muzica pentru care am auzit la TV sau despre care am citit în ziare cronici ditirambice… nu face doi bani (pentru mine !).  Continue reading

A la guerre, comme à la guerre !

La Bastide Vieille, le 4/04/2021  

La Place Vendôme était vide,
On ne reconnaissait plus Paris!
Ils ont tous peur du COVID.
Quelle folie !
(D’après Gilbert Bécaud – « Nathalie »)

Comment pouvais-je imaginer que les canards de Boulogne… regardent la télé ? Et pourtant !

Quand j’ai vu arriver, pour la première fois, les trois canards sur la pelouse à Boulogne-Billancourt, devant notre résidence, c’était au mois de mars 2020, juste après le début du premier confinement.

En regardant de près, nous avons constaté qu’il s’agissait d’ « une Daisy et de deux Donald » !

Drôle de famille ! Comme affirmaient les critiques de théâtre dans la Roumanie communiste de ma jeunesse, « le traditionnel triangle bourgeois : elle, lui et… l’ami de la famille ». 

J’ai écrit alors, dans un texte (en roumain !) intitulé,

Post Covidum homo triste est !* (I) : 

Continue reading

« L’heure bleue » la Skagen

La Bastide Vieille, 25/03/2021

In octombrie 2001, am plecat pentru câteva zile în Danemarca.

Cunoşteam această ţară de mai bine de un sfert de secol: am lucrat câţiva ani cu diferite industrii din « regatul lui Hamlet ».

Insă, de această dată, scopul voiajului era diferit : mă duceam să-l întâlnesc pe editorul revistei la care colaboram de numai un an.

Dan Romaşcanu, editorul revistei « Dorul », care a existat aproape două decenii, a avut încredere în mine şi mi-a încredinţat un spaţiu de publicare lunar, deşi eu nu scrisesem în nicio revistă până atunci.

De altfel, el este cel care a ales numele rubricii sub al cărui titlu scriu şi astăzi, după 20 ani : « Secante româneşti ».

Continue reading

« Les clés du Paradis »… la Vatican!

La Bastide Vieille, 15/03/2021

 

Cu siguranţă că n-aş fi aflat niciodată ce este un « clavigero » dacă n-aş fi citit un articol publicat în revista « Point de vue » din luna iulie 2020 !

In acest text, ni se spune, cu multe detalii, că la Vatican există un personaj unic în lume : este funcţionarul care deţine cele 2797 de chei ce deschid « porţile celor mai frumoase comori ale istoriei şi artei mondiale ». 

In acest moment, şi din anul 2012, postul de « clavigero » este ocupat de Giovanni Crea, un fost « carabinier », mândru de responsabilităţile pe care le deţine. 

 « In fiecare dimineaţă, simt o senzaţie unică. », spune Giovanni. « O impresie extraordinară, niciodată aceeaşi, ca şi cum aş respira un aer magic când deschid poarta Capelei Sixtine şi admir fresca lui Michelangelo, singur şi în liniştea cea mai totală. Cum aş putea să mă plictisesc de aşa ceva ? ». 

Sunt mai bine de 20 ani, de când Giovanni Crea lucrează în « Cità del Vaticano ». Pe atunci, el era un simplu student, care dorea să devină magistrat, şi avea nevoie de un loc de muncă provizoriu pentru a-şi finanţa studiilede drept. Continue reading

Il avait tort Cloclo !

La Bastide Vieille, jeudi le 11/02/2021

Le jeudi au soleil
C’est une chose qu’on ne rate jamais !
Chaque fois c’est pareil
Au lieu d’rester derrière les carreaux
On va aux champs, quand le ciel est beau…

Le jeudi au soleil !

C’est une journée idéale
Pour marcher dans la forêt
Et l’on trouve plus normal
D’aller se coucher
Seuls dans les genêts !

Continue reading

La finta giardiniera … (VI)

ou „Die Gärtnerin aus Liebe” *

 

La Bastide Vieille, le 28/12/2020

Et puis, il y a mon préféré : le plaqueminier !

J’ai découvert l’existence des kakis, il y a quelques 30 ans, à… Venise !

J’étais de passage à l’Hôtel Bellini,  arrivé tard, le soir, depuis Villach en Autriche. Tôt, le lendemain, je devais rejoindre mon agent italien à Mestre, pour commencer notre tournée de la clientèle.  C’est pour cette raison que j’avais choisi un hôtel à Cannaregio, près de la « Stazione Santa Lucia ».

D’ailleurs, aujourd’hui « l’Hôtel Bellini **** » s’appelle « NH Venezia Santa Lucia ».

« Vous cherchez un hôtel romantique à Venise ? Bienvenue au Bellini, un établissement de choix pour les voyageurs comme vous.

Vous profiterez de chambres relaxantes équipées d’une télévision à écran plat, d’une climatisation et d’un minibar… .Situé à quelques pas des monuments les plus populaires de Venise, comme Cannaregio (0,7 km) et Ponte di Rialto (1,1 km), le Bellini est une destination de choix pour les touristes. »

Mais moi, je n’étais même pas intéressé par la vue vers le Grand Canal ou par l’église « San Simeon Piccolo » ou « Santi Simone e Giuda Apostoli », juste en face du balcon de ma chambre « al piano nobile ».  J’étais mort de faim et il était trop tard pour chercher un restaurant !

Continue reading

La finta giardiniera … (V)

ou “Die Gärtnerin aus Liebe » *

La Bastide Vieille, le 28/12/2020

Un autre « coin de nature», un peu  moins habituel dans nos contrées, est le « jardin des cactus » !

Il y a 60 ans déjà, à Bucarest, je rêvais d’avoir un jardin… de cactus ! Bien sûr, ni l’espace, ni le climat ne s’y prêtait guère !

J’ai fait, quand même, une tentative, en installant plusieurs pots avec des « mini-cactus » entre les deux volets de la fenêtre de notre cuisine En Roumanie, vu les grands écarts de température entre l’été et l’hiver, toutes les fenêtres sont « doublées », à savoir que, sur un même support, il y a deux cardes vitrés. Ceci permet d’obtenir plusieurs niveaux d’isolation, en fonction du nombre de volets ouverts ou fermés, tout en préservant un éclairage intégral de la pièce d’habitation.

Moi, j’ai décidé d’installer mes cactus, dans des pots, entre les deux pans de la fenêtre de notre cuisine. J’espérais, ainsi, les préserver, grâce à la vapeur d’eau, dégagée par la cuisson des plats, pendant l’hiver. Mon calcul s’est avéré correct ! Sauf que, certains cactus ayant prospéré, pendant l’été, ils ont touché la vitre extérieure et, après le premier cop de froid, ils ont gelé, au moins en partie !

Je m’imaginais qu’à 20 Km, seulement, des rives de la Méditerranée, je ne rencontrerai pas ce problème ! Vue de l’esprit !

Le premier jardin, avec des cactus plantés en pleine terre, fût un fiasco. Presque tous les cactus ont gelé, dès la première saison froide !

La deuxième année, nous les avons laissé dans leurs pots, déterrés à l’automne et…replantés au printemps ! Lourde tâche ! Bien sûr, nous sommes passés par l’étape du « paillage et voile de protection hivernale ». Résultat mitigé !

Maintenant nous faisons confiance (pas trop !) à la solution « double protection hivernale », même si les cactus ne voient pas la lumière du jour, quelques fois pendant plusieurs semaines, en notre absence. Ça semble fonctionner !

Même si, parfois, nous devons remplacer un ou deux cactus, à l’arrivée du printemps. Et pourtant, à quelques dizaines de kilomètre, au pied des Cévennes, il y a, à Roquebrun, un fameux « Jardin Méditerranéen » où les cactus, de toute taille, prospèrent tout au long de l’année ! Il y a certainement, des secrets réservés aux initiés !*** Continue reading