Tout ce qui brille n’est pas or!

Feuilles de journal
Rome, 30/09/2019

 

Plus d’une fois, ces derniers temps, dans des restaurants de tout genre, au moment délicat où il faut payer l’addition, on m’a posé la question :

« En cash ou par carte ? »

Alors, avec l’air le plus sérieux possible, je réponds : « Pas du tout ! Avec des dents en or ! »

Le plus souvent, le serveur me regarde avec des yeux exorbités et ne comprend pas ou fait semblant de ne pas comprendre ! 

En fonction de sa réaction, bête ou futée, je continue : « Il doit bien y avoir un bon stomatologue dans votre quartier ! J’ai une molaire recouverte d’or qui me fait mal et j’aimerais beaucoup m’en débarrasser ! »

A ce stade, je laisse mon interlocuteur reprendre son souffle et, s’il n’a pas compris la blague (de bas niveau !), je continue : « Vous savez ? L’or vient de monter méchamment ! Vous allez faire une très bonne affaire ! » 

C’est à ce moment là que je constate, enfin, à qui j’ai à faire ! Et c’est ça qui m’amuse ! Les réactions sont souvent humoristiques, quelquefois bêtes, voire même agressives. C’est encore, une fois de plus, l’occasion de jauger le monde qui nous entoure. 

Maintenant, je me trouve dans un restaurant chic de Rome, près du Corso. Avant même d’arriver au moment fatidique où l’on me pose la question mentionnée plus haut, je découvre une revue que je ne connais pas : « Campo de’ fiori ». Il s’agit de la revue  mensuelle d’«Arte, Cultura, Spettacolo ed Attualita edito dall’Associazione Academia Internazionale D’Italia » à Civita Castellana. 

A la page 22, je tombe sur un long texte illustré, intitulé :

« GRILLZ  Le Star si coprono i denti d’oro » (Les stars se couvrent les dents d’or)

J’avoue que je ne connaissais pas ce mot. En consultant Wikipedia, j’ai découvert que :

« Le Grillz est une prothèse dentaire décorative particulièrement en vogue depuis le retour du bling-bling. La prothèse est en général en métal précieux (or ou chrome) et incrustée de pierres précieuses. » 

Mais, pour moi, cette habitude n’a rien de nouveau ! 

Dans mon enfance, en Roumanie communiste, les tziganes étaient les seuls autorisés à posséder de l’or. Les autres, s’ils étaient attrapés, ne serais-ce qu’avec un « Napoléon », que l’on appelait en langage codé « le coquelet », se prenaient entre 4 et 5 ans de prison, en fonction de l’humeur du juge. 

La seule condition pour pouvoir posséder ce genre d’ « élément subversif » que l’on imposait aux (femmes) tziganes, était qu’il y ait un trou au centre de la pièce, comme preuve qu’elle provenait d’un collier. Ces colliers servaient souvent de dot, voir quelquefois, il y a 150 ans quand les tziganes étaient encore serfs dans les Pays roumains, pour racheter leur liberté.

C’est ainsi que, disposant assez librement de l’or, les tziganes se faisaient couvrir des ou les dents d’or. 

Encore aujourd’hui, on peut voir  courir sur les Champs-Elysées, des rroms* (la dénomination moderne d’une ethnie multiséculaire en Europe) venus de Roumanie, mendiant pieds nus, mais avec des dents en or ! 

Mais, le « grillz », le signe extérieur de richesse et de bling-bling, marque un pas de plus. Le plus souvent, il s’agit de « plaquettes amovibles » qui ne couvrent que quelques dents, mais qui arborent des pierres précieuses ou des diamants, sur un support en or, argent ou platine. Et leur coût peut évoluer entre quelques dizaines d’Euro, pour ceux achetés en « prêt-à-porter », jusqu’à la centaine de milliers d’Euros, pour ceux exécutés sur mesure ! 

Il semblerait que le plus cher de ces ornements buccaux, fabriqué par un dentiste de Dubaï, en or et poussière de diamants, vaut… 152 700 USD !

Parmi les stars qui arborent ce genre de bijoux, on compte Madonna, Rihanna, Lady Gaga, Justin Biber, Katty Perry et Sfera Ebbasta… 

Inutile de s’appesantir sur les risques pour la santé de ces ornements.

Même si la tradition des dents en or existe… depuis des millénaires.

On peut en voir un dans le « Museo Archeologico dell’Agro Falisco » de Civita Castellana, datant du VI siècle avant J.-C. Et l’on connaît des objets similaires datant d’il y a 4600 ans ! 

Sauf que, à l’époque, il s’agissait de régler des problèmes de santé en renforçant ou remplaçant les dents manquantes, les reliant souvent avec des fils de cuivre, selon un procédé appelé encore de nos jours « des couronnes ». Ce n’est que vers 1900 que l’on a commencé à couvrir les dents de porcelaine pour leur donner un aspect plus naturel. 

En tout cas, si les « grillz » devenus à la mode sont si chers, ce n’est pas tant à cause des quantités d’or, somme toute minuscules, utilisées pour les fabriquer.

C’est beaucoup plus à cause des prix pratiqués par les dentistes. 

Qui se font, eux, des cou… en or !

 

                                                    Adrian Irvin ROZEI

                                                   Rome, septembre 2019

 *Pour ceux qui ne connaissent pas ce vocable, je reprends une définition trouvée sur Wikipedia : 

« Les Roms (parfois écrit Rroms) sont également désignés en français sous les noms de Tziganes, Gitans, Bohémiens, Manouches ou Romanichels selon les pays d’où ils sont supposés venir…

Les Roms [ròm](en Romani : Roma, en Roumain : Rromi), aussi dénommés Tsiganes sont un groupe ethnique initialement originaire de l’Inde, présent en Roumanie comme dans d’autres pays d’Europe. Selon le recensement officiel roumain de 2011, on comptait 619 007 personnes, soit 3,25 % de la population du pays.

3 thoughts on “Tout ce qui brille n’est pas or!

  1. Intéressant sur les dents en or. Pour tout avouer, je suis le chanceux propriétaire de quelques couronnes en or fixées pour toujours au fond de ma cavité buccale ce qui m’empêche de les enlever de mon vivant pour faire du troc…
    Concernant les restaurants en général, j’ai remarqué qu’il y a trois questions qui arrivent de manière isolée ou bien groupée, à savoir:
    – on rentre, on attend debout le serveur qui vous accueille souvent avec la question: « c’est pourquoi »?
    – ensuite, sagement assis devant une assiette sur laquelle il n’y a plus rien ou bien quelques arrêtes, les couverts posés dessus, bref, il est évident qu’on a fini mais la question suivante surgit souvent: « vous avez fini? »
    – et ayant fini le repas on attend patiemment la note et lorsqu’on la réclame on vous dit d’un air étonné »ah bon, vous voulez payer? »

    Toi qui vas souvent au restaurant tu pourras me faire part de ton expérience !

    Amitiés,
    Dan

    • AIR répond :
      Avec grand plaisir !
      1*Dans ce cas, je lui réponds, à chaque fois : « Le plus souvent, quand on va au restaurant, ce n’est pas pour acheter des chaussures ! »
      Mais, quand on me demande (en anglais !) : « How many people in the party ? », je réponds : « 247,3 ! », tout en regardant derrière moi pour chercher…les autres !
      2*Là, je m’inscris en « faux » ! Rien ne m’hérisse autant que de voir le serveur retirer le plat de l’un des convives alors que l’autre (les autres) n’a pas fini.
      3*Ils espèrent toujours que tu vas consommer quelque chose de plus !
      Tout ça vient du fait que, pour la plupart, les serveurs ne sont pas des professionnels, mais des « bouche-trous » embauchés pour pas cher. Sans formation, ni éducation !

  2. A propos des dents en or …

    je me souviens du Père d’un enfant enfant ,(dont je me suis occupée dans le cadre professionnel ;. il y a des années ….

    Cette personne charmante et très souriante riait “jaune ” car toute sa dentition du haut étaient en or ….

    cela faisait un curieux effet

    parfois elles scintillaient …

    c’était des personnes modestes cependant. Etait-ce vraiment de l’or , mais c’était bel et bien doré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *