La ce servesc stomatologii !

File de jurnal

Marsilia, 02/08/2017

 

Acum două săptămâni mă găseam în sala de aşteptare a unui stomatolog din Béziers.

Intr-un astfel de loc, la fel ca în culoarul care duce la o sală de tortură, stai cu inima cât un purice şi nu-ţi arde de nimic ! Totuşi, ca să omor timpul –în corpul medical există o tradiţie să ţi se facă morală dacă ai sosit cu 5 minute întârziere, însă ei te lasă să aştepţi deseori o jumătate de oră fără să se scuze !- am luat la întâmplare o revistă de pe masă.

Era un număr din « Point de vue », datat « noiembrie 2016 ».

Răsfoindu-l alene, dau peste un articol ilustrat de un tablou reprezentând un călăreţ arab din Africa de nord, care m-a făcut să-mi amintesc de faimosul « El- Zorab » al lui Coşbuc.

Articolul spunea :

« Adolf Schreyer (1828 – 1899) este unul dintre cei mai brilianţi pictori orientalişti germani, asimilat şcolii din Düsseldorf şi foarte apreciat la curtea imperială a Habsburgilor. Cu toate că era reputat ca un specialist al cailor, el a pictat majoritatea subiectelor sale preferate în timpul voiajelor în Orient. A debutat însoţindu-l pe Emmerich von Thurm und Taxis prin  Ungaria, Valahia, Rusia şi Turcia… » 

Nu auzisem niciodată de numele acestui pictor, însă mi-am spus imediat că un artist care a trecut prin « Ungaria, Valahia, Turcia… » trebuie să fi imortalizat şi niscaiva imagini din Principatele danubiene. Continue reading

Que reste-t-il de nos amours ?

Feuilles de journal*

Boulogne, le 2 juillet 2016

«  Que reste-t-il de nos amours
Que reste-t-il de ces beaux jours
Une photo, vieille photo
De ma jeunesse…
»

Charles Trenet

Grâce à mon camarade de promotion et ami Dominique CESARI, j’ai entre les mains la « Revue de la Sainte Barbe – le Chip en folie », texte de la Revue des élèves de l’Ecole des Mines de Saint Etienne, datée lundi 26 novembre 1928, numéro spécial du « Pic qui chante ».

En  1928, mon père Ionel et son frère jumeau Aurel étaient élèves à l’Ecole depuis un an. Il y a seulement 6 ans, il aurait pu me raconter ses souvenirs de la Revue 1928, à laquelle il a certainement assisté.

Cet opuscule est remarquable non seulement par ses illustrations, pur « Art Déco », mais aussi par les publicités qu’il y contient.

C’est amusant de chercher quelles sont les enseignes qui existent encore à Saint Etienne. Pour ma part, j’ai reconnu le chocolatier « Weiss » et les « Nouvelles Galeries », grand magasin transformé en hôtel, où j’ai dormi au mois de février dernier.  Aussi bien le « Grand Hôtel », devenu copropriété partagée en appartements.

Je joins quelques images d’aujourd’hui, avec les publicités de 1928.

Je compte retourner à St- E. avant la fin de l’année et je chercherai d’autres adresses…si cela existe encore !

Merci Dominique !

*Plusieurs personnes m’ont demandé pourquoi je sous intitule souvent mes notes « Feuilles de journal ».

En 1995, quand j’ai fait la connaissance d’Alexandre VONA – ingénieur, poète, romancier franco-roumain, prix de „l’Union Latine”, (1922-2004) – je lui ai raconté quelques-unes des aventures vécues dans mes voyages à travers le monde.

Il m’a dit, alors : « J’espère que vous tenez un journal ? »

Ainsi, je me suis rendu compte de l’erreur que je faisais en ne notant pas mes expériences au jour-le-jour.

Je tente d’y remédier avec ces pseudos « Feuilles de journal » !