Le petit cordonnier qui voulait aller danser…

Feuilles de journal
Paris, 20/05/2018

 

Chanson de Francis Lemarque

Ça fait bien 30 ans que je connais « Repetto »!

À l’époque, je connaissais même la directrice. Mais, le sujet « Chaussons pour la danse » ne m’intéressait pas beaucoup.

Ce n’est qu’il y a quelques 4 ou 5 ans, quand mon ami Inti a commencé à faire de la danse classique, que je suis allé, pour la première fois dans la boutique « Repetto » de l’Avenue de l’Opéra.

Mais, auparavant, j’avais entendu les histoires d’une autre amie, Linda Bastide, en rapport avec cet endroit. Et, avec son accord, je vais vous les raconter.

Au début des années ’60, Linda était très copine avec Audrey Hepburn.

Et, comment chacun sait, Audrey était passionnée par la danse classique, dont, au tout début, elle espérait en faire son métier.

Rien d’étonnant donc qu’elle veuille s’acheter des chaussons pour la danse. Elle a demandé donc à Linda de l’accompagner chez « Repetto » dans ce but.

Mais, ici, elles ont rencontré un petit problème : comme Audrey avait de (très) grands pieds, aucune paire de chaussons du département « Chaussures pour femmes » ne lui allait pas. Elle a été, donc, obligée de s’approvisionner au département… « Chaussures pour homme »!

J’ai longtemps pensé que cette histoire était plutôt une galéjade !

Mais, quand j’ai vu le film « Love in the afternoon » (en français « Sabrina »), j’ai découvert une scène de tendresse, avec Audrey Hepburn et Cary  Grant,  à l’hôtel « Ritz », où le bourreau des cœurs américain faisait plein de compliments sur le physique de sa partenaire. Et Audrey, essayant de le calmer, lui disait: « J’ai aussi beaucoup de défauts! Par exemple, j’ai des trop grands pieds! »

Ce n’est qu’à la suite de cette affirmation que j’ai commencé à regarder les pieds d’Audrey. Et… c’était vrai! Comme j’ai pu le constater sur une célèbre photo, où Audrey fait un saut en l’air… comme dans les ballets de Roland Petit!

Ce soir, en passant sur les Champs-Élysées, j’ai découvert une boutique « Repetto », là où j’ai connu, pendant des décennies, l’agence​
« Aeroflot », aujourd’hui fermée. Il faut croire que le volet « aviation » ne fait plus recette! Tout au moins, dans le  domaine «  voyages vers la Russie »!

Mais, la nouvelle boutique « Repetto », m’a attiré l’œil tout de suite. Enfin, voilà sur les « Champs » une boutique dans le style de celles du « Corso », à Rome!

Et, puisque nous sommes arrivés au moment des confidences, je vais vous raconter comment Linda a passé une nuit à l’hôtel avec Cary Grant.
Non, ce n’est pas ce que vous pensez! Ou ce que vous espérez entendre!

À cette époque, Cary Grant, qui habitait dans l’appartement qu’il louait au Quartier latin, souffrait d’une grippe carabinée avec une fièvre de cheval.

Comme il avait peur de passer la nuit tout seul, il a insisté pour que Linda reste auprès de lui, pour lui administrer les remèdes prescrits par le médecin.

C’est, aussi, en quelque sorte, faire le « grand écart »… sans chaussons aux pieds!

                                                                      Adrian Irvin ROZEI
                                                                             Paris, mai 2018

* Ceux qui souhaitent savoir d’avantage sur la prodigieuse carrière de Linda Bastide, peuvent consulter son site: lindabastide.weebly.com

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *